Sujet : Perfectionnement et habilitations

Bonjour à tous.
Tout d'abord je me présente, j'ai 24 ans, je suis plombier chauffagiste (titulaire d'un BEP TIST (techniques des installations sanitaire et thermique). J'ai suivi ma formation chez les Compagnons du Devoir dans le sud à Nîmes.

Pour une raison d'incompatibilité morale, je n'ai pas poursuivis avec eux, je voulais bosser, mais je ne voulais pas réfléchir (oui c'est très con). J'ai donc pris le premier boulot, MANUTENTIONNAIRE, un taf physique mais pas très technique on va dire.

L'air de rien j'ai travaillé de 18 à 20 ans en entrepôt tout en m'investissant et cherchant toujours a profiter du salaire évolutif suivant la productivité. Bref.

En août 2012 j'ai eu une opportunité chez un plombier a 300m de mon domicile et très vite j'ai fais mes preuves. Je me suis fais embauché puis augmenté plusieurs fois jusqu'à 13e/heure.

J'ai travaillé un peu plus de 2 ans jusqu’à ce que je ressente le besoin de bouger suite à un décès dans ma famille. passons.

Aujourd'hui je suis en Bretagne, et après avoir travailler en logistique précipitamment à mon arrivée, je souhaite énormément retrouver mon métier. cette diversité et ce contact avec la clientèle.

Je sais ce que je veux, j'aimerais devenir technicien de maintenance des appareils thermique par exemple. ( je suis très bricoleur j'aime recycler et réparer des choses qui peuvent l'être au quotidien).

Je touche à tout dans la limite de mes capacités bien-sur si je sais pas ou si je ne me sens pas, je ne fais pas c'est la règle d'or.

Etant demandeur d'emploi et ayant des droits, j'ai demander à notre ami Pole-emploi de m'aiguiller. Mon conseiller ne sera plus mon conseiller au 1er Avril et il ne sera plus concerné. De plus il ne connait pas le secteur du bâtiment et m'a invité a me renseigner peut être avec l'AFPA mais il n'est pas sur. ( c'est marrant, ironique bien-sur mais bon je compte pas sur eux).

Du coup je souhaite avoir des conseils de professionnels ou ouvrier qui saurait ou chercher.

De mon coté ma première démarche à était de me rendre dans uns agence qui s'occupe d'entretien d'appareil sanitaire dont je ne citerai pas le nom (je sais pas si j'ai le droit) et de demander si il était possible d'effectuer un stage (EMT pourquoi pas au frais de Pole-emploi) pour découvrir vraiment le métier et voir si ça correspond à mes attentes.
J'attend une réponse du directeur d'agence que je vais relancer si besoin.

Que puis-je faire d'autre?

Cordialement.

Citer Message 1 Partager

A l'instant

2

Re : Perfectionnement et habilitations

Si je comprends bien vous vous êtes motivé, vous avez les connaissances basiques, mais vous manquez d’expérience.

Je ne pense pas que les organismes de formation soient la solution a votre demande, vous il vous faudrait trouver une entreprise qui vous prendrais comme stagiaire, puis vous évoluez très vite, donc une validation de vous acquis ou une formation serait a envisager dans quelque temps.

Je pense que vous avez pris la bonne méthode, puis vous pouvez citer le nom de qui vous voulez, ce forum est informatif et non commercial.
En conséquence  nous supprimons les noms commerciaux ou des marques si les auteurs nos demandent.

Ma collaboration ne se substitue pas aux DTU relatifs, je ne pourrais être tenu pour responsable en cas de fausse information.

Citer Message 2 Partager

3 Dernière modification par Emile (12-04-2015 12:07:50)

Re : Perfectionnement et habilitations

Bonjour smile

Joli parcours, mine de rien. Et joli projet aussi !

Le métier que vous semblez vouloir exercer s'apparente à celui de technicien de maintenance chauffage.

Tout ce qui va suivre n'est que mon avis, ce n'est pas forcément objectif et valable partout.


Je suis passé par là il y a deux ans, pour faire un C.A.P. sanitaire et me permets donc d'apporter ma modeste expérience.
Au départ, je voulais faire de la maintenance en chauffage et il me fallait un diplôme dans la branche pour être éligible à une formation bac pro. Au final, il n'y avait plus de place en C.A.P. thermique et on m'a proposé de faire sanitaire en me disant que ça me ferait de bonnes bases aussi. Pendant l'alternance, j'ai surtout installé et dépanné des chaudières. big_smile
Ensuite, j'ai pu exploiter ces expériences pour trouver des jobs de plombier chauffagiste et par la suite devenir responsable CVC dans une boîte d'énergies renouvelables. Je suis assez rapidement parti pour refaire des petits dépannages chez les particuliers. Bref.



En résumé : la formation est nécessaire mais pas suffisante à trouver le poste que l'on veut vraiment. Vous avez l'air d'être sérieux, motivé et de bien connaître ce secteur pro. Donc à priori ça roule. Il faut juste être persévérant.
Niel a l'air du même avis. C'est vrai qu'on peut évoluer vite sur le terrain et que les entreprises font plus confiance à l'expérience qu'aux diplômes. En plus ça les arrange de payer quelqu'un à un échelon moins qualifié pour la même productivité big_smile

Il y a toujours à apprendre dans ces métiers et les formations permettent de mettre à jour ses connaissances.

Pour une formation, il faut remplir plein de papiers, savoir resté motivé et voir loin. Alors c'est une réelle opportunité de se réorienter. smile

Cependant, ne jamais oublier qu'on investit ses droits à la formation, c'est le fruit de son propre travail, qu'on a capitalisé et qu'on met en jeu dans une formation qualifiante.


L'EMT : Les stages sont un bon moyen pour l'entreprise de profiter de main d’œuvre (quoiqu'on en dise, même à P.E., ça reste la principale motivation) et pour le stagiaire de se faire connaître d'une entreprise tout en observant le métier de plus près.
Quand on y réfléchit, c'est un passage capital pour un futur employé, ça permet de découvrir les boîtes du secteur, de rencontrer d'autres pro, de s'insérer dans le monde pro.
On peut parfois en faire sur plusieurs périodes. C'est donc un excellent moyen de découvrir un secteur pro, les boîtes du coin, etc.

Il ne faut pas hésiter à passer voir les entreprises directement, en se présentant à l’accueil. C'est un gage de motivation et ça permet d'avoir le responsable en direct. En général un patron dans le bâtiment croule sous la paperasse et n'a pas le temps d'examiner toutes les demandes de stage. Des demandes de stage, il en a tous les ans smile


Donc oui l'EMT, même si on est pas sensé toucher à un outil durant le stage, ce qui n'est pas toujours le cas en vrai.
A savoir, le P.E. rémunère l'entreprise 4€ de l'heure pour vous accueillir, c'est donc tout bénef pour celle-ci et vous avez des droits en tant que stagiaire. Personnellement je n'aimais pas rester sans rien faire ni regarder les autres travailler, et c'était un bon moyen de se rapprocher des professionnels en mettant la main à la pâte. Ca permet au(x) référent(s) qui vous sui(ven)t d'avoir des éléments d'appréciation pour le rapport d'EMT, que l'entreprise doit remettre à P.E. (en général, l'entreprise s'en fiche un peu et ça se fait aussi à l'attitude, si l'entreprise n'a pas eu de problème particulier avec le stagiaire ça sera Ok, mais c'est important pour vous d'avoir le feu vert via le retour de la boîte. Il faut donc qu'elle prenne la peine de s'occuper 5 minutes de l'évaluation et de la paperasse).

L'EMT est un dispositif prévu pour confirmer l'intérêt d'une orientation professionnelle.

Elle est plus ou moins indispensable pour monter le dossier concernant la demande de financement de formation.
P.E. s'assure ainsi que le projet de formation est sérieux et valable.

L'EMT et l'action de formation : La demande de formation prend du temps. J'avais fait une EMT en mars et suis rentré en formation à la rentrée de septembre, car les places pour la session de juin en GRETA ont été pourvu en 10 minutes.
Et encore, j'ai eu du bol et je me suis démené pour fournir tous les docs et manifester ma motivation auprès du conseiller.

Concrètement, il faut le convaincre que cela vaut la peine de croire en votre projet par une attitude volontaire.
De toute façon, c'est ce qu'il faut pour démarcher les entreprises quand on recherche un stage. Ca s'apparente à trouver un job et il faut vraiment se 'prendre' pour un futur pro.


Concrètement, il y a plusieurs organismes de formation. Souvent les P.E. et les missions locales partagent les places, qu'il faut aussi attribuer aux personnes s'inscrivant sur initiative personnelle sans accompagnement particulier ( n'importe qui peut suivre une formation du moment qu'il la finance).

L'inscription se fait en ligne sur serveur privé régional. Les inscriptions à une session se fait à une date qui n'est connue que très tard par les organismes d'accompagnement vers l'emploi. Ils sont donc en concurrence pour placer leur poulain dans une session. Chaque conseiller se connecte dessus en même temps dans l'espoir d'avoir une place.

Le nombre de place dépend de la situation régionale, bien sûr (enveloppe annuelle pour l'insertion professionnelle /nombre de bénéficiaires / nombre de session de formation professionnelle dans les greta, afpa, cfa...)
Comme vous avez des droits à la formation, ce n'est pas la région mais bien le P.E. qui financera.

il faut juste vérifier que vous aurez des ressources financières pendant toute la durée de la formation.
Une formation adulte dure grosso modo un an, 10 mois...

Quelle formation pour quel métier :
C'est bien sûr le plus important.
Il y a tellement de formation proposées...Le fait que vous ayez du bagage dans le domaine vous permettra sans doute de mieux cerner l'intérêt d'une formation en fonction du niveau et de la qualification recherchée.

Le métier que vous semblez vouloir exercer s'apparente à celui de technicien de maintenance chauffage.

Vous avez peut-être déjà pensé à tout ça, mais il est bien de se demander si, pour trouver le bon job qui correspond et attirer l'attention et la confiance d'une entreprise, est-ce que :

- j'ai juste besoin d'une remise à niveau car je maîtrise déjà les fondamentaux ; par contre les spécificités, réglementation, ont évolué.
- Mes connaissances sont toujours Ok, je me fais confiance et je veux surtout me spécialiser dans un domaine -genre les énergies renouvelables- tout en actualisant mes connaissances sur la réglementation et les procédés en vigueur ?
-je veux obtenir l'échelon de qualification supérieur ?

Et du coup, quels fonctions en entreprise correspondent aux qualifications obtenues que j'ai envie de mettre en œuvre au quotidien ?

Le technicien chauffage de grande boîte de maintenance ne fait presque pas le même boulot qu'un technicien de maintenance en institution publique. On peut travailler sur de la petite ou de la grosse puissance, ne faire que de l'installation, seulement des dépannages, ou dépannage et installation...

Est-ce que je veux faire de la régulation sur des installations commerciales ou bien dépanner des chaudières/CE solaire chez les particuliers ?

Est-ce que je veux travailler dans un grand groupe ou une petite société ?


La Formation proprement dite : Si on me dit technicien de maintenance en chauffage, j'aurais tendance à penser à des formations de ce style  (mes infos datent de deux ans et sont donc peut-être périmées) 

CAP installateur thermique (vous l'avez déjà et vous avez du métier, donc non...) on voit surtout de l'installation, beaucoup moins la maintenance...
Mention Complémentaire maintenance en chauffage : avec un CAP dans la branche on peut accéder à cette mention. Elle est plutôt destiné aux pro qui veulent juste dépanner de la chaudière chez les particuliers et permet d'avoir de bases opur intervenir sur pas mal de machines actuelles.

installateur thermique et sanitaire en AFPA ou GRETA  (permet de réactualiser ses connaissances, ça n'est pas un C.A.P. au sens de diplôme délivré par l'éducation nationale, mais c'est bien une formation adulte qualifiante).

Les gens que j'ai rencontré qui avaient fait une formation AFPA étaient souvent compétents et motivés dans leur domaine.

Bac pro TMSEC  (Technicien de Maintenance en Systèmes Energétiques et Climatiques)
C'est l'échelon du dessus et les entreprises apprécient ces profils, car la formation est polyvalent en Génie Climatique.
Par contre, il y a des maths, des formules, de l'aéraulique, pneumatique, hydraulique.

On peut faire un peu ce qu'on veut ensuite, avec ça et c'est vraiment orienté maintenance.
Comme c'est un bac pro, ça doit durer deux ans.

Mais dans la vraie vie, un CAP ou BEP installations thermiques qui se débrouille et est motivé se retrouve souvent à faire le même travail qu'un TMSEC pour ce qui touche au chauffage.

Par contre, faire TMSEC permet de prétendre directement le grade de technicien.


Je pense que vous avez aussi le bon profil et la bonne méthode et vous souhaite tout le succès possible dans cette démarche.

Pour connaître les différentes formations, ne pas hésiter à se renseigner auprès d'anciens ayant fait la formation à cet endroit. Les formations changent un peu selon l'endroit et le moment où on la fait.

Dans mon CFA, il y avait une mention complémentaire chauffage (MC) qui venait d'être mise en place au début de l'année. Des places était donc ouvertes aux inscriptions. En fait, les installations pédagogiques n'étaient pas opérationnelles, l'entreprise prestataire s'était un peu foiré et le temps que les chaudières d'entraînement fonctionnent toutes, l'année état pratiquement écoulée. Les MC étaient un peu dégoûtés car ils n'avaient pas vraiment fait le programme qui serait évalué à l'examen.
C'est le comble pour un centre d'apprentissage chauffage, et c'est sans doute un cas marginal. Mais ça peut arriver.
Il vaut mieux choisir un centre avec de bonnes installations, des profs motivés, etc.
Ne pas hésiter à être exigeant et à se renseigner sur les centres de formation du coin.

En général les AFPA ont bonne réputation, pas mal de GRETA aussi.

Voir du côté des mention complémentaire s'il y a des formations intéressantes.
Vérifier s'il y a  ou non une formation à l'habilitation électrique basse tension comprise dans le programme de formation.
Elle est valable trois ans.
Une éventuelle habilitation gaz...

J'espère que mon expérience vous sera utile. Bon courage dans vos démarches et tenez-nous au courant ! smile

Citer Message 3 Partager